Certains de nos projets

Projet en cours

Appui à l’action en faveur des victimes de guerre dans le contexte du COVID-19 à Béni

Le projet intitulé « Appui à l’action en faveur des victimes de guerre dans le contexte du COVID-19 à Béni » a débuté en Août 2021 et prévoit de prendre fin en Avril 2022. Beni se trouve dans la Province du Nord-Kivu à l’Est de la RDC et fait face depuis plus de 30 ans à des violations graves. Un article publié par la RFI fait état de 1200 morts en un an, 712 civiles sommairement exécutés et plusieurs autres enlevés dans la forêt (RFI, le 14 Janvier 2021). Aussi, un rapport d’une mission inter-agences des Nations Unies menée en Août dernier dans la région souligne des violations des droits humains, y compris des meurtres, des viols et des enlèvements.

Cette situation d’insécurité limite l’intervention de certaines agences internationales alors que les déplacements des populations entraînent des conditions de vie précaires et rendent aussi le respect des mesures barrières contre la pandémie COVID-19 difficile. Les besoins en termes de santé (dont de santé mentale), situations économique et sécuritaire sont énormes.

Pour répondre à ce contexte, Un Jour Nouveau à entamé des actions de développement en faveur de la communauté notamment : la sensibilisation contre la pandémie COVID-19, l’entreprenariat social pour le relèvement socio-économique des populations, des sensibilisations (sur les droits humains, la masculinité positive, la cohabitation pacifique, le leadership, la gestion pacifique des conflits) et l’appui psychosocial.

La vision d’Un Jour Nouveau est de voir un Congo prospère et paisible où chaque individu découvre, développe et déploie son potentiel et devient une solution pour l’humanité. Le centre Un Jour Nouveau à Beni sert de lieu de refuge pour les victimes et de formation pour les autres membres de la communauté.

Malgré les défis du contexte économique avec la COVID-19, le projet mène ses activités avec un budget limité.

Activités en cours et à venir

Les fonds permettent de mettre en œuvre des activités clés comme la présence d’une base Un Jour Nouveau à Beni pour faciliter l’intervention des staffs dans la zone.

Dans le cadre de la sensibilisation sur la pandémie COVID-19, 1000 personnes bénéficient des activités au travers de la production de masques par des femmes entrepreneurs encadrées dans un atelier de couture de Un Jour Nouveau à Goma. Des spots et 12 émissions radio sont diffusés sur une chaîne locale sur l’évangile du Christ. Le projet permet aussi aux enfants traumatisés par les massacres à répétition de bénéficier des activités récréatives. Il est encore prévu que les enfants, les jeunes filles et les femmes bénéficient de la prise en charge psychosociale.

Projet d'appui aux jeunes et aux femmes entrepreneurs affectés par l'éruption du volcan Nyiragongo

Le projet intitulé « Renforcement de la résilience des jeunes et des femmes entrepreneurs après l’éruption du volcan Nyiragongo » a débuté le 16 Août dans la province du Nord-Kivu, territoire de Nyiragongo et se déroulera sur douze mois. Les zones de Karisimbi et Nyiragongo sont les plus concernées.

Les défis en termes de santé publique, sécuritaires et économiques entre autres à l’est du pays depuis début 2021, met les jeunes entrepreneurs en difficulté de maintenir leurs entreprises en bonne marche et les initiatives féminines d’entraide et d’appui mutuel sont menacées de fermer pourtant ayant servi de réponse aux multiples besoins de la communauté. Avec le taux accru de la jeunesse et l’expérience actuelle, il est projeté d’ici 2025 que la population congolaise serait composée à 60% de personnes âgées de moins de 25 ans. L’investissement dans cette couche est une priorité pour combattre le déséquilibre pouvant résulter de ce que 60% de la population soit une couche délinquante. La création de petites entreprises est une solution intermédiaire et durable pour créer de l’emploi aux jeunes et les appuyer à mener leur vie dans un esprit de responsabilité en influençant et en les aidant à devenir promoteurs des espaces de travail et d’autonomisation riches en opportunités.

Pour ce projet, un budget total de 40’000USD permet d’intervenir dans le domaine de développement économique auprès de 260 personnes dont 20 jeunes entrepreneurs et 240 femmes membres de huit Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit, AVECs en sigle, (chaque AVEC regroupe 30 personnes en moyenne). Cette intervention permet de contribuer à la promotion des initiatives personnelles d’entreprenariat des jeunes et des groupes des AVECs après l’éruption du volcan Nyiragongo du 22 Mai 2021.

La sélection des bénéficiaires s’est faite sur base de critères spécifiques comme la vulnérabilité, la visibilité et le sérieux de la pratique en cours ainsi que la disponibilité du bénéficiaire. L’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme sont également au cœur des activités.

Les activités ont pour but de contribuer à l’amélioration des conditions de vie socioéconomiques des jeunes et des femmes sinistrés à travers les activités d’entreprenariat. Ainsi, les femmes, une fois formées sur l’entreprenariat pourront gérer les entreprises viables, innovantes, rentables et compétitives sur le marché et améliorer la gestion et le fonctionnement de leurs groupes AVECs au travers de renforcement des capacités sur les initiatives personnelles.

Activités en cours et à venir

Les activités ont déjà commencé par des formations des vingt jeunes entrepreneurs sur les thématiques de l’entreprenariat, l’analyse financière, la gestion financière, le plan d’affaires…Ces formations sont accompagnées par un programme d’accompagnement.

De plus, les jeunes ont un plan de développement de leurs startups et bénéficient d’un mécanisme de facilitation et d’accès au financement.

Il est aussi prévu que les femmes des huit groupes AVEC aient leurs capacités renforcées sur l’entreprenariat et la bonne gestion. Elles vont aussi formaliser leurs activités entrepreneuriales pour pouvoir accéder aux subventions des institutions de développement à caractère économique. Ce qui permettra aux femmes qui n’avaient pas été à l’école de booster leurs entreprises.

Tout au long du projet, les jeunes et les femmes reçoivent l’appui nécessaire en termes de ressources afin d’assurer une progression de leurs initiatives personnelles et communautaires.

L’expérience de Un Jour Nouveau depuis 2017 dans l’accompagnement des entrepreneurs, sa collaboration avec les services étatiques et la communauté sont un atout pour le succès des activités. La stratégie d’implémentation s’appuie sur les capacités locales afin de garantir la participation active de chaque jeune et des structures communautaires à l’analyse et à la recherche des solutions durables face aux situations de vulnérabilité dans la province et dans le pays. L’approche de participation communautaire renforce donc l’intégration et l’appropriation du projet par ses bénéficiaires.

Finalement, au travers de l’appui de ces initiatives personnelles, les jeunes et les femmes pourront pérenniser les activités entreprises pendant une année pour des bénéfices personnels et communautaires et ainsi continuer à recourir aux expertises extérieures pour un accompagnement assurant une bonne tenue des entreprises.

Un Jour Nouveau en tant qu’organisation non gouvernementale de droit congolais ayant pour mission d’aider chaque individu à découvrir, développer et déployer son potentiel avec vision d’un Congo paisible et prospère où chaque individu fait partie de la solution, est heureux de la mise en œuvre et du potentiel de ce projet et espère encourager les autres partenaires et la communauté à s’investir dans des projets qui les appuient durablement.

Appui à la résilience des sinistrés de l’éruption du volcan Nyiragongo (Projet ARREVN)

Alors que les besoins humanitaires pour les populations retournées étaient grands en termes d’eau, hygiène et assainissement (EHA), vivres, santé (prise en charge maternelle et infantile, prise en charge médicale et psychosociale), abris, les articles ménagers essentiels (AME) et protection (protection de l’enfance, violences basées sur le genre, PEAS) ; Un Jour Nouveau a élaboré et fournis une assistance d’urgence au plus démunis.

Le premier objectif du projet a été d’assister les sinistrés retournés en leur offrant les produits et services de première nécessité. Pour atteindre cet objectif, deux activités ont été organisées : la sélection des bénéficiaires ainsi que l’achat et la distribution d’une assistance constituée d’articles ménagers essentiels.

Le deuxième objectif consistait à renforcer les mécanismes de protection et les conditions de vie des femmes et des enfants touchés par la catastrophe. Les bénéficiaires ont été sélectionnés suivant le même processus et le payement des frais scolaires a été fait en faveur de 121 enfants dont 69 filles et 52 garçons. Les fournitures scolaires ont aussi été distribuées à 100 élèves venant de 5 écoles hôtes du territoire de Nyiragongo. Le financement a permis la réalisation de toutes les activités prévues.

Les activités

Après plusieurs descentes sur le terrain par les équipes du programme d’Un Jour Nouveau, les différentes interventions ont été coordonnées avec les autorités et les partenaires afin d’apporter une assistance de qualité et répondant aux besoins les plus urgents de la population.

Dans le cadre de pourvoir des services de première nécessité, des kits contenant des produits alimentaires et d’hygiène ont été distribués à 50 ménages identifiés. Ceux-ci représentaient 513 personnes dont 196 hommes et 317 femmes.

100 femmes sinistrées, mères des élèves appuyés dans le cadre de ce projet ont bénéficié de la distribution de kits d’hygiène (bassin, seaux, savon et masque) après avoir participé à une séance de sensibilisation sur la promotion des droits de la femme et l’importance de son implication dans le développement de sa communauté, son épanouissement et pour son autonomie financière.

Afin de renforcer les mécanismes de protection et les conditions de vie des femmes et des enfants touchés par la catastrophe, Un Jour Nouveau a initié la distribution de kits de réinsertion scolaire et assuré le payement des frais scolaires en faveur de 121 enfants sinistrés au sein de cinq écoles : 69 filles et 52 garçons. Parmi ces élèves 114 était à l’école primaire et 7 au secondaire.

Dans le cadre d’assistance en soutien psychologique, 4554 (2283 filles et 2171 garçons) enfants affectés par la catastrophe naturelle ont bénéficié d’activités de counseling de groupe et d’autres formations sur le leadership transformationnel selon l’approche de Un Jour Nouveau. Pendant deux semaines, des formations sur le leadership ont été données à 270 femmes et 50 hommes. Celles-ci ont entre autres inclus les thématiques sur la masculinité positive, la cohésion sociale et le leadership féminin.

L’impact et suite

ESAIE SHABA DEUX est un des bénéficiaires sinistrés qui a reçu de kits d’articles ménagers essentiels distribués le 5 Juillet dans le cadre du projet. Ce dernier, après avoir reçu ce don, a résolu de ne pas le consommer seul avec sa famille. Ému de compassion pour ses voisins qui avaient subi le même sort que lui, 

il a décidé de partager avec 5 autres ménages. Il avait le choix de le garder pour lui afin de nourrir sa famille pendant quelques semaines, mais il a à son tour constitué de petits kits de quelques kilos chacun qu’il a partagé avec 5 autres ménages ; 2 veuves de troisième âge, 2 autres sinistrés et lui-même. Nous avons été très touchés par cet acte surtout en voyant leurs photos de distribution.

Il est connu qu’en tant de crise, le soutien pratique concernant les besoins essentiels, psychologique et de renforcement des capacités participe à une meilleure adaptation et un renforcement de la résilience. A l’issue des activités de soutien psychosocial, le psychologue a remarqué quatre enfants qui présentaient des signes de traumatisme grave qui nécessitaient une prise en charge appropriée. Quelques semaines après, il a fait un rapport positif selon lequel ces derniers évoluaient bien et ainsi des conséquences en santé mentale réduites ou évitées.

La sensibilisation sur le leadership féminin a touché les réalités sensibles de la communauté au point que les femmes militant pour leurs droits ont demandé des formations spécifiques pour leurs époux également, notamment la formation sur la masculinité positive pour que ceux-ci les soutiennent dans leur lutte pour le développement.

Aussi l’assistance humanitaire du projet a eu des effets positifs transversaux comme les activités dans les écoles qui ont eu un impact positif sur les familles et enseignants soulagés financièrement.

La réalisation du projet a été un succès grâce à une collaboration étroite avec les autorités et l’implication de l’ensemble de la communauté à chaque étape. Un Jour Nouveau et ECI ont expérimenté que les partenaires solides et efficaces peuvent mettre les communautés débout.

Fonds d’Urgence Pour Appui Aux Sinistrés Du Volcan Nyiragongo

Le projet intitulé « Fonds d’Urgence Pour Appui Aux Sinistrés Du Volcan Nyiragongo », financé par la Ville de Bruxelles et l’ASBL GFAIA, mis en œuvre par Un Jour Nouveau, s’est déroulé dans la ville de Goma, à l’est de la RDC, dans la Province du Nord-Kivu durant les mois de juin et juillet 2021.

Dans le contexte de l’éruption du volcan Nyiragongo du 22 mai 2021, des populations sinistrées faces à de nombreux besoin ont été assistées. La mise en œuvre des activités s’est faite en collaboration avec les autorités et partenaires humanitaires dans un souci de répondre au besoin des plus démunis et de coordination pour une aide de qualité.

Les fonds ont permis de venir en aide à un total de 2124 bénéficiaires. De plus, environ 11.000.000 de personnes ont été touchées par des émissions radio à travers le monde. Après une évaluation des besoins et des priorités suite à cette catastrophe naturelle à Goma, le quartier de Turunga situé dans la zone de santé Nyiragongo a été identifiée.

La population a été assistée au moyen d’activités de distribution, d’appui psycho social et de formation sur des thématiques de protection. “Human Centered Design”, une approche plaçant l’humain au centre du processus d’innovation, a permis de capitaliser les recommandations de la communauté tout au long des activités.

Les activités

Pour répondre aux besoins les plus urgents de ces 100 ménages (dont 51 dirigés par des femmes : veuves, mères célibataires), le contenu des kits a été sélectionné avec intention et en équipe. Ceux-ci étaient composés de riz, de farine de maïs, de haricot, de sel, huile et savons. 360 ménages ont eu accès à 160 m³ d’eau potable pendant 6 jours.

La référence des normes humanitaires Sphère dans sa section d’eau, hygiène et assainissement en situation d’urgence recommande un minimum de 15l d’eau par personne par jour pour la consommation par ménage. Ainsi, environ 26.600 litres d’eau par jour couvrant les besoins essentiels d’environ 1770 personnes ont été distribués.

Dans un contexte d’urgence, le soutien en hygiène et à la prévention est primordiale. 100 jeunes filles et 100 femmes ont reçu des kits contenant du savon et des gants. En plus des ménages et familles identifiés, deux écoles ont bénéficié d’une assistance et collaboré dans la mise en œuvre du projet : Complexe scolaire NZIYI/Turunga et Saint Benoit.

Afin de renforcer les mesures d’hygiènes, ces écoles ont reçu des dispositifs de lavage des mains, savons, gants, masques et gel hydro alcoolique. Le soutien psycho social a été délivré au travers d’activités avec les enfants dans les écoles et au travers d’émissions radio. De plus, une partie des enfants ont été formés sur des aspects de protection. 100 enfants ont participé à la mise en place « d’espace amis des enfants » dans lesquels des formations ont été données sur les mécanismes et les stratégies de protection dont la dénonciation des abus et violations. Des comités d’escorte d’enfants formés, sont alors en ces jours, responsables du suivi précoce des cas d’abus.

En plus des kits ménages et d’hygiène, des kits de jeux et bricolage ont été délivrés aux écoles pour 515 enfants (299 filles et 216 garçons) bénéficiaires. Des animateurs formés ont conduit des activités de divertissement (jeux et bricolage) avec comme but un soutien psycho social favorisant l’estime de soi augmentée et joie vécue.

Une émission radio de 30 min a été diffusée le 15 Juillet couvrant un réseau de plus de 1000km avec une estimation de 11 millions d’auditeurs. Celle-ci a porté sur la restauration de la santé mentale, le renforcement des mécanismes de protection des enfants, l’acceptation et la résilience communautaire.

L’impact et suite

Des séances de discussions ont été organisées avec 34 leaders de la communauté afin de préparer les activités en permettant de ne laisser les nécessités de côté.

Tout le matériel et kits prévus ont été distribués comme prévu et perçus comme soutien par les bénéficiaires qui n’avaient pas encore reçu de soutien depuis la crise vécue.

Des animateurs de Un Jour Nouveau assistés par les bénévoles de l’église, ont, au niveau des écoles effectué un suivi hebdomadaire des enfants en raison de quatre séances par semaine. Ces suivis ont permis aux animateurs de rester proches des enfants et de documenter les changements positifs acquis au travers du projet.

Les enseignants ont témoigné que certains enfants en difficulté scolaire ont repris courage et démontré une attention particulière pendant les cours. Les parents ont aussi été réjouis car ils ne savaient pas comment aider leurs enfants dans la crise.

Témoignage d’une maman, mère d’une élève au sein du Complexe scolaire St Benoit :

« Ma fille est maintenant âgée de 11 ans… Lorsque son école a été emportée par la coulée de lave, ma fille est devenue trop inquiète et je ne savais plus quoi lui dire. Comme nous nous sommes déplacés jusqu’à Turunga, j’ai sollicité auprès du directeur du Complexe scolaire Saint Benoit 2 de l’accueillir au sein de son école. Je la dépose le matin et la reprend le soir malgré multiples défis dus à la recherche de vivres pour la famille, étant donné que je suis en situation de chômage et que son père passe le temps en concassant des pierres pour la survie de la famille. Grâce aux interventions d’Un Jour Nouveau, j’ai vu ma fille regagner son sourire. »

Le défi majeur était de devoir faire face lors de l’intervention à l’impossibilité de répondre à tous les besoins et à la réalité du court terme de l’intervention alors que les besoins étaient toujours présents pour une durée inconnue (comme celui de l’eau). Toutefois, chaque geste de charité pour une personne réellement dans le besoin permet d’atténuer d’une manière ou d’une autre la détresse. Aussi les interventions ont permis d’apaiser les relations entre les familles hôtes et celles déplacées.

Alors que plusieurs enfants ne pouvaient payer les frais scolaires, grâce aux contributions des enfants de l’école de l’organisation Un Jour Nouveau et d’autres personnes de bonne volonté, 124 enfants sinistrés ont pu bénéficier d’une bourse scolaire.

La réalisation du projet a été possible grâce à l’implication de la communauté durant tout le processus, de l’évaluation des besoins, à l’implémentation, en passant par le suivi et évaluation. En termes de durabilité, le choix de la fabrication de paniers peut avoir une portée plus longue et mener vers d’autres projets. Il en est de même pour les connaissances développées en termes de renforcement de la résilience et de protection avec les comités d’escorte mis en place.

En une phrase

Les activités de distribution, formation et accompagnement psychosocial ont permis « une solidarité qui met les personnes débout ».

Nouvelle histoire pour chaque enfant

Pour les enfants et les jeunes en situation de rue, un partenariat avec Africa New Day et Hope and Future for a child, a permis l’installation d’un centre de rééducation, en Janvier 2021, à Un Jour Nouveau.

Selon un rapport publié par l’Unicef en mai 2021, près de 280.000 enfants se retrouvaient en risque de séparation à Goma. En grandissant, certains jeunes en situation de rue, rejetés par la société, deviennent un danger pour la sécurité.  C’est pourquoi le projet intervient pour réduire le risque. Il amène ces jeunes vers une vie plus indépendante avec un peu d’espoir pour l’avenir.

Ils ne sont pas ce qu’on dit d’eux

Le Centre Tumaini est un lieu et un environnement sûrs où les enfants reçoivent les conseils, les formations et les outils nécessaires pour défendre leurs droits et trouver leur place dans la société.

Cette approche prend en compte le développement physique, émotionnel, cognitif et socioculturel de ces jeunes. Ils ont accès à des soins médicaux de base, à un soutien psychosocial et à des moyens de réintégration.

Le projet intègre aussi des stratégies d’inclusion et de lutte contre la stigmatisation et les préjugés en développant des activités qui encouragent la réunification familiale. L’expérience dans de nombreux pays montre que la famille est le moyen par excellence pour l’épanouissement des enfants. Une collaboration étroite avec les parents est la base pour une réunification réussie.

En plus, ces jeunes sont formés aux mécanismes de suivi, d’alerte et de prévention des violences dans différents contextes, y compris les situations de conflit armé, de crise ou de risque d’abus. Dans la rue, ces violences sont encore plus fréquentes chez les filles. L’approche fait des enfants dans leur milieu naturel les premiers acteurs de prévention et d’alerte. Ainsi, les oubliés de la société deviennent agents ou acteurs protecteurs.

Les piliers du programme.

  • La rééducation: elle repose sur un accompagnement, avec un cadre sûr et clair, qui aide l’enfant dans son développement, à transformer sa mentalité et ses comportements.
  • Les relations de vie : la vie au centre, l’esprit d’amitié et de solidarité entre les enfants eux-mêmes et entre les éducateurs facilitent la rééducation. Des jeux récréatifs et de connaissance mutuelle sont développés pour développer liens entre eux et renouveler le goût de vie en famille.

Le suivi psychologique s’est fait au travers de thérapies individuelles, de groupes et d’activités ludiques 3 fois par semaine.

Cinq fois la semaine, une encadreuse psycho-sociale donne des cours d’alphabétisation afin de permettre aux jeunes de renforcer leurs aptitudes pratiques du français (lecture et écriture). Les enfants bénéficient aussi des cours de base en Mathématique et participent à des activités sportives et artistiques (dessin, danse, football) et à des événements telle que la Journée Internationale de l’Enfant Africain.  Tous les lundis et les vendredis, les jeunes bénéficient des formations professionnelles en pâtisserie et en menuiserie.

Des séances de formation et de renforcement de capacités ont été initiées sur le leadership, la prévention de base en santé, la prévention du VIH/SIDA et de la tuberculose, l’abus de drogues, les premiers secours, le droit international humanitaire, la prévention de la violence, le comportement en situation de violence, etc.

  • Le développement du potentiel de chacun: le développement personnel (identité, prévention et traitement des traumatismes, travail sur leur potentiel) permet aux enfants de se réconcilier avec eux-mêmes et d’imaginer des projets futurs. La formation professionnelle (avec l’apprentissage de certains métiers comme la menuiserie…) permet aux enfants d’acquérir des compétences qui leur permettent de devenir un soutien à la communauté. La formation au leadership développe en eux des valeurs de cohésion, de solidarité, de travail et le goût de l’éducation scolaire…
  • L’indépendance, l’implication et la responsabilité dans leurs familles et dans la communauté.
  • Les perspectives d’espoir et d’avenir: objectifs

personnels et outils disponibles. Les rêves des enfants sont associés aux opportunités disponibles à Un Jour Nouveau. Certains bénéficient de bourses d’études, d’autres ont créé une entreprise de pâtisserie (qui fabrique des galettes et des beignets). Certains enfants ont développé leur passion pour la musique et d’autres pour le football.

Activités, réalisations et partenariats

Les activités sont coordonnées et partagées avec les clusters humanitaires (éducation et protection), ainsi qu’avec d’autres acteurs avec un intérêt éventuel de partenariat.

Maison de rééducation Centre Tumaini

Les activités ont débuté en Janvier 2021 par l’acquisition et la préparation de la maison. Une équipe a été mobilisée comprenant des personnes expérimentées et aux compétences variées. Elle est composée de cinq encadreurs, d’une ménagère, de quatre agents psycho-sociaux et d’un superviseur. Le suivi-évaluation est pris en charge par l’équipe programme d’Un Jour Nouveau.

15 garçons (entre 7 et 24 ans) ont été accueillis et hébergés dans le centre fermé.  Durant ces onze mois, le centre Tumaini a essayé de pourvoir aux besoins essentiels, d’assurer un suivi psychologique, l’alphabétisation, les activités socio-culturelles, l’apprentissage des métiers et le renforcement de capacités (développement personnel, enseignement religieux, etc.).

Ces jeunes vivent dans un foyer sécure et de qualité, reçoivent des habits et une alimentation de qualité. Un suivi médical a également été pourvu, avec un suivi nutritionnel tous les deux mois.

Activités ambulatoires – centre ouvert

Depuis Janvier 2021, 84 enfants ont été encadrés dans le centre ouvert (5 filles et 79 garçons). Chaque semaine (le lundi, mardi, jeudi et vendredi après-midi) une moyenne de 70 enfants en situation de rue participe à des activités spécifiques (sensibilisations sur les SGVB, partage d’un repas, jeux récréatifs, lecture de l’évangile du Christ…). Ils ont été identifiés suite à un travail d’évaluation des besoins et d’analyse du contexte de chacun.

Impact et suite

Un système de suivi-évaluation a permis tout au long du projet d’évaluer la portée et l’avancée des activités, de mitiger les risques et d’identifier les bonnes pratiques, et de tirer certaines leçons.

Parmi les risques, il a été identifié des cas d’abus et exploitation sexuels dans la rue, des défis d’intégration et de changement dans un milieu totalement nouveau ou encore de réunification familiale.

En exécutant ce projet, Un Jour Nouveau a réalisé que chaque enfant, lorsqu’on lui offre des conditions d’éducation appropriées, peut s’épanouir et devenir une solution pour l’humanité.

Afin de préparer au mieux les réunifications, les membres de l’équipe ont depuis le mois de Juin 2021 mis en place ces stratégies :

Afin de préparer au mieux les réunifications, les membres de l’équipe ont depuis le mois de Juin 2021 mis en place ces stratégies :

  • Recherche de la famille pour la connaître, voir les conditions d’une réunification
  • Entretien et préparation de la famille et de la communauté au moyen des séances d’écoute,
  • Entretien et préparation des jeunes et des enfants au moyen d’une évaluation post-réunification pendant deux mois.

Avec ce projet la société paraît pour les enfants, ce qu’une rame est pour les papiers. Nos gestes pour l’avenir de l’humanité ce que les traces d’une plume ou celles d’un stylo sont pour le fond d’un texte. Notre avenir dépend des possibilités que nous offrons à chaque enfant aujourd’hui. Nous avons le pouvoir de choisir entre la paix et l’insécurité, le succès et l’échec. En référence à Ghandi qui invite chacun à devenir le changement qu’il veut voir ; Un Jour Nouveau réinvente l’action et la pensée avec les enfants en réécrivant l’histoire de chacun. L’avenir de l’humanité dépend des opportunités et des chances que nous accordons à chaque enfant aujourd’hui.

Avec Un Jour Nouveau tout le monde a toujours quelque chose à apporter. Le financement d’un bienfaiteur permet à Ombeni d’étudier dans une école moderne avec les enfants d’autres dignitaires de Goma.  Des jeunes bénévoles animent les différentes activités avec les enfants. Certaines associations (ECI, GFAIA, Ville de Bruxelles, Mariners Church, Eglise Parole du Salut, MONUSCO…) mobilisent des fonds pour l’action. Une délégation de l’église Mariners Church basée aux Etats Unis a, en Août dernier apporté son soutien aux enfants. Et toi, qu’aimerais-tu faire pour rendre le monde meilleur pour les enfants ?

LOGO NIEUW DOORZICHTIG